Panier
Votre panier est vide.
Vous pourriez aimer
0

Gabriel Delanne

Biographies | 0 commentaires

gabriel Delanne

gabriel Delanne

François-Marie-Gabriel Delanne naquit à Paris 21, rue du Caire, le 23 mars 1857. Son père, Alexandre Delanne et sa mère tenaient un modeste magasin d’articles d’hygiène. C’est au cours d’un de ses voyages d’affaires que le père de Gabriel Delanne entendit un jour, à Caen, parler de spiritisme. Alexandre Delanne se procura Le Livre des Esprits et Le Livre des Médiums et voulut connaître l’auteur, c’est-à-dire Allan Kardec.

La rencontre

Accueilli fraternellement par Allan Kardec qui demeurait alors passage Ste Anne, Alexandre Delanne fut invité à assister à l’une des réunions de la société nouvellement fondée.
La mère de Gabriel Delanne devint très rapidement excellent médium psychographe et clairvoyante. Gabriel Delanne a donc vécu dans un milieu qui tout naturellement le conduisit à devenir avec Léon Denis, l’un des plus grands apôtres du Spiritisme.
Tandis qu’Allan Kardec avait 51 ans lorsqu’il commença à étudier les phénomènes spirites et que Léon Denis vécut seize années sans en avoir entendu parler, Gabriel Delanne fut très jeune familiarisé avec le vocabulaire spirite ; il assista de bonne heure à des séances nombreuses et fortes intéressantes. Il commença donc très tôt sa tâche d’apôtre de la plus noble des causes. Allan Kardec voyait souvent la famille Delanne pour laquelle il professait une vive amitié. Au cours de ces visites, il éprouvait beaucoup de plaisir à apporter des jouets au petit Gabriel qu’il avait coutume de faire sauter familièrement sur ses genoux.
Etait-ce là seulement un sentiment d’affection ? N’y avait-il pas chez le codificateur du spiritisme le pressentiment que ce bambin saurait suivre son exemple et deviendrait lui aussi un des apôtres du Spiritisme ?
Toute sa vie terrestre, Gabriel Delanne conserva toujours le plus précieux souvenir d’Allan Kardec qu’il exalta dans toutes ses œuvres, au cours de ses conférences et de ses discours.
Gabriel Delanne était très modeste. Il était difficile d’aborder avec lui les questions qui le concernaient directement. De son vivant, il refusa, à maintes reprises, de donner des détails sur sa jeunesse et sa vie. Cependant, nous savons qu’il a fait ses études au Collège de Cluny en Saône-et-Loire, ville où habitait l’une de ses tantes, belle-sœur d’Alexandre Delanne.
Après de brillantes études scientifiques, Gabriel Delanne fut reçu à l’Ecole Centrale de Paris où il entra le 3 novembre 1876. Mais il donna sa démission et quitta l’école le 26 janvier 1877. Cette décision fut motivée par la situation matérielle de ses parents qui s’étaient imposés de très lourds sacrifices pour parvenir à donner à leur fils une instruction solide.

Sa mission de spirite

Il est intéressant de citer une communication spirituelle spontanée reçue au moment où il décida de se consacrer entièrement à la diffusion du spiritisme.
« Ne crains rien, lui disait-on, aie confiance. Au point de me matériel, tu ne seras jamais riche, mais tu ne manqueras de rien. »
Et cela se vérifia au cours de toute l’existence de cet homme de génie.
Gabriel Delanne entra, comme ingénieur à la Compagnie d’Air Comprimé et d’Electricité Popp, où il resta jusqu’en 1892.
C’est le 31 mars 1880 que, pour la première fois, Gabriel Delanne prit au Père Lachaise une part active à la cérémonie commémorative annuelle de la désincarnation d’Allan Kardec. Déjà on découvrait l’ardent désir du militant spirite de faire comprendre le côté scientifique du spiritisme.
« Allan Kardec, disait-il, n’est pas venu apporter une religion, il n’a ignoré aucun culte ; sa morale est celle de Jésus dégagée de toute fausse interprétation mais ce dont il a doté l’humanité, c’est d’une doctrine capable de répondre à toutes les objections de l’incrédulité et à tous les grands problèmes posés par la raison. En effet, jusqu’ici, nous n’avons envisagé que le côté moral de la doctrine, mais son étude plus approfondie nous montre qu’en suivant ses enseignements on peut arriver aux plus belles découvertes scientifiques. S’il est un champ d’études encore inexploré, c’est celui qui comprend les rapports entre le monde invisible et le nôtre. Que de problèmes à résoudre avant de pouvoir donner une théorie scientifique de ces rapports ! mais un jour viendra où ils seront connus comme des phénomènes étudiés scientifiquement et ne seront plus un secret pour nous.  »
En terminant son discours Gabriel Delanne s’écriait :
« A son exemple nous ferons tous nos efforts pour répandre ses idées et semer partout la bonne nouvelle. »
Le vaillant défenseur du Spiritisme tint cette solennelle promesse et jusqu’à son dernier jour, il travailla à faire connaître notre science urbi et orbi.

La fédération et les journaux

En 1883, fut créée la Fédération Franco-Belge Latine ; Gabriel Delanne fut nommé secrétaire général, le président étant P.G. Leymarie. Cela prouve l’influence qu’il avait déjà su acquérir dans les milieux spirites français et belges.
En mars 1883, lorsque fut publié le premier numéro de la revue bimensuelle « Le Spiritisme », Gabriel Delanne qui comptait parmi les collaborateurs de cette publication, en devint très vite le rédacteur
en chef.
Avec son père Alexandre Delanne, il fut un des fondateurs de l’Union Spirite Française (première du nom) créée à Paris, salle de la Redoute, le 24 décembre 1882 sous la présidence du Docteur Josset. Cette société avait pour but principal de réunir en un faisceau, toutes les forces spirites éparses dans le pays. Le siège du journal « Le Spiritisme » fut d’abord 39 passage Choiseul, puis 38 rue Delayrac, où la famille Delanne avait fondé un groupe spirite.
Le 31 mars 1883, Gabriel Delanne devant le dolmen d’Allan Kardec prononça les remarquables paroles suivantes : « Ne craignons pas de répandre notre foi, disait-il, plus qu’aucune autre philosophie, le spiritisme fortifie et pénètre les âmes de ses doux effluves. »
« Nous avons la conviction faisons-la pénétrer chez nos frères, unissons nos efforts pour semer à foison nos idées dans les masses et marchons à la conquête de la société moderne appuyée d’un côté sur la science et de l’autre sur la raison . »
Déjà Gabriel Delanne laissait prévoir les deux tendances de son action ; montrer que le Spiritisme n’est pas opposé à la science, comme certains scientistes l’ont ainsi voulu, mais qu’il est nécessaire de le propager dans tous les milieux sans avoir la prétention étroite de vouloir garder la vérité pour une élite d’hommes scientifiques et intellectuels.
C’est grâce à Madame d’Espérance qui fut une admirable médium que put paraître la Revue « Le Spiritisme ». Elle donna à Gabriel Delanne, pour démarrer, une somme de cinq mille francs, ce qui représentait à l’époque une somme avec laquelle on pouvait tenter une opération commerciale.
« Ne me remerciez pas, lui dit-elle, aussitôt que vous aurez établi le premier numéro, revenez me voir, nous poursuivrons ensemble la propagande en faveur du Spiritisme. »
C’est donc grâce à cette généreuse anglaise que la Revue « Le Spiritisme » vit le jour.
En 1884, Gabriel Delanne fut désigné comme délégué par l’Union Spirite Française au Congrès Spirite Belge, qui eut lieu à Bruxelles.
En décembre 1885, il est nommé vice-président de l’Union Spirite Française. En 1886, 1887, 1888, 1889, 1890, il fait de nombreuses conférences pour la diffusion de la doctrine.

Sa santé

Gabriel Delanne n’avait pas une très bonne santé, déjà au moment du mariage de son frère Ernest pour qui il avait une profonde affection, on pouvait constater à sa démarche, qu’il souffrait d’une ataxie. Il avait un léger déhanchement. Sa vue n’était pas parfaite, dès l’enfance il avait eu un abcès à l’œil gauche, ce qui l’empêchait de voir de cet œil. Cela fut cause de son exemption du service militaire.

La diffusion

En 1892, Gabriel Delanne quitta la Maison Popp et devint représentant d’une autre maison de commerce pour laquelle il voyagea beaucoup. Suivant l’exemple de son père, Gabriel Delanne profita de ces déplacements pour faire une propagande intense en faveur du Spiritisme.
En juillet 1896, parut le premier numéro de « La Revue scientifique et Morale du Spiritisme » fondée par Gabriel Delanne. D’un commun accord, Gabriel Delanne et Jean Meyer étaient convenus de ce qu’à la désincarnation de son fondateur, cette revue d’un si grand intérêt cesserait de paraître, pour être fusionnée avec « La Revue Spirite ».
En janvier 1899, la Fédération Spirite Universelle se transforma en Société Française d’Etude des Phénomènes Psychiques, avec le Docteur Moutin comme président et Gabriel Delanne comme vice-président.
Il prit la présidence plus tard comme un véritable apôtre, en recevant avec la même gentillesse, avec la même patience un nombre considérable de personnes.
Servi par une prodigieuse mémoire, Gabriel Delanne était une véritable encyclopédie vivante et l’on peut affirmer que le Spiritisme lui doit, à l’heure actuelle, sa force et sa clarté scientifique.
Tout ce qui s’est fait pour la diffusion du Spiritisme a été, en effet, l’œuvre de Gabriel Delanne et de ses collaborateurs. Bien peu de sociétés spirites ont fait, depuis Allan Kardec, un effort aussi grand, aussi soutenu pour le développement de l’idée spirite.
En septembre 1900 eut lieu à Paris le Congrès Spirite international. Gabriel Delanne, lors de la séance d’ouverture prononça un important discours au cours duquel il constata que le Spiritisme avait fait son entrée au Congrès Psychologique de 1900, ce qui prouvait que les spirites ont « poursuivi le matérialisme jusque dans son temple. »

Les conférences

A partir de 1901, Gabriel Delanne fit tous les mardis soir à 20 heures 30, une conférence sur le Spiritisme au 57, rue du Faubourg St-Martin.
Le 5 et le 12 avril 1901, sous les auspices de l’Association Polytechnique, il traitait du spiritisme au point de vue scientifique et moral ainsi que des preuves expérimentales de la survie.
Du 15 mai au 3 juin 1901, il donna une série de conférences à Marseille, Avignon, Pont- St-Esprit et Lyon. Il eut l’occasion de parler des expériences faites avec sa mère et comment elle écrivit deux lignes en russe et une page et demie en patois italien, langue et idiome qu’elle ignorait complètement.
En juin 1906, eut lieu à Liège un Congrès Spirite ; Gabriel Delanne y assista. Les organisateurs du congrès profitèrent de la présence du célèbre spirite français pour lui demander de faire une conférence. Il choisit comme sujet : « L’extériorisation de la Pensée ».
Le 12 février de la même année, il avait déjà fait à l’Athénée St Germain à Paris, une importante conférence sur l’œuvre d’Allan Kardec, envisagée au point de vue expérimental, scientifique et philosophique.

Les derniers mois de sa vie terrestre

L’état de santé de Gabriel Delanne était devenu très mauvais ; il n’y voyait plus, il se traînait à peine, chaque mouvement était pour lui une cause de souffrance, il était un exemple vivant de résignation, restait gai et très accueillant.
En 1918, il fit avec sa famille un voyage à Allauch dans les environs de Marseille ; ce fut son dernier voyage hors de Paris, il ne pouvait plus marcher et il fallut recourir à un fauteuil roulant pour le porter de la voiture au train.
Le 12 février 1926, son état s’aggrava. Brusquement, il se plaignit d’étouffements.
A 4 heures du matin il allait plus mal, un médecin lui lit une piqûre de caféine pour le remettre en lui disant que cela allait le remonter. A 7 heures du matin Gabriel Delanne se désincarnait à Auteuil, dans cette villa Montmeurency où Jean Meyer, Directeur de la Revue Spirite avait voulu que soient abritées les dernières années du vaillant pionnier de la doctrine spirite.
La veille de la mise en bière, M. Forget, membre de la Société Française d’Etude des Phénomènes Psychiques avait essayé de prendre 6 photographies de Gabriel Delanne sur son lit de mort, pas une plaque ne fut réussie ; il n’y eut absolument aucune radiation.
Les obsèques eurent lieu le 18 février 1926 au Père Lachaise. Le meilleur hommage que l’on puisse rendre à Gabriel Delanne, ce ne sont pas des fleurs, mais de suivre son exemple et de faire le plus possible de diffusion publique aussi bien que privée du Spiritisme qui est et restera la philosophie de l’avenir.

Ses livres

Le Spiritisme devant la science
le phénomène spirite
L’évolution animique
Recherches sur la médiumnité
L’âme est immortelle
Les apparitions matérialisées
La réincarnation

Livres de Gabriel Delanne

Pin It on Pinterest

Share This